• Découvrir SUD FORMATION CCI Béziers
  • Panorama des formations
  • Espace apprentis
  • Contacts, accès
Accueil > Les actualités > Détail d'une actualité

Low cost : 58,9 M€ de retombées par an


Actualité publiée le : 02/01/2012



Qui sont les touristes qui fréquentent l’aéroport Béziers Cap d’Agde en Languedoc? Où vont-ils? Quelles retombées génèrent-ils pour le territoire? Autant de questions pertinentes pour les professionnels ouest-héraultais auxquelles répond l’enquête clientèle* pilotée par le Syndicat mixte aéroportuaire. Analyse des résultats :


Le profil :

80% des passagers sont d’origine étrangère. Ce sont à 54% des cadres supérieur, professions libérales, ingénieurs professionnels et retraités, soit des CSP+.

La moyenne d’âge se situe entre 45 et 65 ans pour 62% d’entre eux) et 60% se sont déjà rendus sur place.

 

 

Le séjour :

Le long séjour est privilégié avec une durée moyenne de 8 nuits. 70% résident dans l’Ouest-Hérault. 57% utilisent des hébergements non marchands traduisant une forte présence de résidences secondaires.

Lieux de visite :

Béziers (49,6%)

Agde/Cap d’Agde (38,9%)

Pézenas (22,9%)

Valras (15,3%).

71,5% des sites visités et lieux d’activité se concentrent dans l’Ouest-Hérault.

 

Le budget :

Le budget moyen global pour un groupe/famille arrivé par l’aéroport et en séjour est de 1 150 euros (1521 euros en hébergement marchand et 721 euros en hébergement non marchand).

Taux de satisfaction : les passagers apprécient l’accueil des populations locales, même si des efforts linguistiques seraient appréciés. 96,7% ont des intentions de retour dont 35% dans moins de 6 mois. Disposant d’un plus fort pouvoir d’achat, la clientèle low cost est plus exigeante et en attente d’un meilleur rapport qualité/prix notamment dans le domaine des hébergements et de la restauration.

Dans le secteur des hébergements : l’accueil est globalement apprécié mais la qualité intrinsèque moyennement.

Pour la restauration : l’accueil et la qualité sont moyennement appréciés. Pour les sites touristiques : l’accueil et la propreté sont à améliorer, les horaires d’ouverture sont insatisfaisants et les services sur les plages (accès, parking, sanitaires, douches) sont jugés insuffisants (15%).

 

Conclusion :

Avec 893 500 nuitées par an, soit 2,4% des nuitées du département et 58,9 millions d’euros de dépenses directes sur sa zone de chalandise, l’aéroport confirme l’intérêt de son positionnement en direction des clientèles low cost et sa capacité à créer de nouveaux flux touristique puisque 54% des personnes interrogées ne seraient pas venues sans la présence d’un aéroport ou de lignes low cost.

 

*Enquête réalisée par le Syndicat mixte, avec l’aide du cabinet 4 V, expert en marketing touristique auprès des passagers des lignes régulières entre le 18 juillet et le 28 octobre 2011 sur la base d’un panel de 4 500 personnes.





 
 
Création site internet Oréalys - Extranet